LiSA

Bonjour à tous, j’espère que cet article marquera le début de mon retour. Avec la crise sanitaire et la situation qui a frappé le monde, les moments où vous êtes seuls ont sans doute augmentés de manière considérable. Beaucoup s’occupent comme ils peuvent afin de combler leur temps libre. Lire des livres, parler à ses amis, regarder des films, écouter de la musique… Aujourd’hui, c’est ce qui va nous intéresser, on va parler musique ! Il serait temps pour moi de vous parler d’une chanteuse qui a des montées de voix juste incroyable. Dans cet article, je vais vous parler de LiSA, ma chanteuse préférée.

Qui est LiSA ?

LiSA to release 10th Anniversary Mini Album LADYBUG May 19th - UniJolt

Risa Oribe est une chanteuse japonaise de J-pop et de J-rock. Née à Gifu, le 24 juin 1987, Risa est donc âgée de 33 ans. Elle a commencé la musique par le piano et le chant dès l’âge de trois ans grâce à sa mère. À l’âge de 11 ans, elle part seule à Okinawa suivre une école de danse. À 14 ans, elle retourne à Gifu. L’année de ses 16 ans, elle se met à chanter avec le groupe de rock CHUCKY, un groupe qui sera dissout en 2008. Puis Risa forme Love is Same All son propre groupe composé de quelques membres du groupe Parking Out. Au sein du groupe Love is Same All, elle continue d’être chanteuse.

Elle s’est fait connaître auprès du large public grâce aux chansons qu’elle a réalisées pour l’animé Angel Beats . Dans cet animé, elle a interprété les chansons du personnage de Yui, la deuxième chanteuse du groupe Girl Dead Monster. Suite au succès de l’animé, les chanteuses qui prêtaient leur voix aux personnages du groupe font des concerts où elles chantent les musiques du groupe. Le groupe Girl Dead Monster imaginé à la base pour être un groupe de musique dans Angel Beat est à présent devenue une réalité, le succès est au rendez-vous.

Face au succès grandissant de la chanteuse, le groupe Love is Same All est contraint de mettre fin à ses activités et Risa entame sa carrière solo en 2011 avec son premier album Letters to U. Elle prend comme nom de scène LiSA qui est en fait l’acronyme de son groupe. Depuis, LiSA a enchaîné les chansons et on l’entend régulièrement dans pleins d’animés. En 2012, elle réalise Oath Sign, le premier opening de Fate/Zero, mais également l’opening de Sword Art Online, deux animés majeurs de cette année là.

Si les musiques de LiSA se retrouve autant dans les animes, c’est parce qu’elle a fait parti du label Aniplex, un label directement lié à son agence Sony Music Artists. Aniplex étant un entreprise chargée de la production et de la distribution de pleins d’animés.Elle enchaîne les chansons pour des animés tel que Genei wo Kakeru Taiyô, Nisekoi, Mekaku City Actors, Fate /Unlimited Blade Works, Qualidea Code, Boku no Hero Academia, Fate / Apocrypha ou encore Mobile Suit Gundam Narrative. Aujourd’hui, il est impossible de parler des musiques de Sword Art Online sans parler de LiSA. Cependant elle, n’est pas juste associé à Sword Art Online, on peut aussi l’associer aux animés Fate où sa revient de manière régulière même si aujourd’hui chez de nombreux fans, c’est Aimer qui est la première chanteuse qui vient à l’esprit lorsque l’on parle de Fate. Tout allait pour le mieux et pourtant l’année dernière tout a changé…

Depuis l’année dernière, LiSA a fait un grand pas en avant, c’est surtout en partie grâce à Gurenge, sa chanson réalisée pour être le premier opening de Kimetsu no Yaiba, un animé devenu un véritable phénomène. Cela a permis de mettre l’artiste en avant. Si jusque là, LiSA avait remporté de nombreux prix, ces prix étaient liés de près ou de loin avec le domaine de l’animation, mais en 2020, elle remporte grâce à Gurenge le prix de la cinquième meilleure musique des téléchargements lors des 34 ème Japan Gold Disc Awards, une cérémonie qui vise à récompenser les meilleurs artistes de l’industrie musicale japonaise.

Ce n’est pas tout, elle remporte la même année le prix de la meilleure collaboration vidéo aux MTV Video Music Awards avec son clip Play the wold ! feat. PABLO. Vous pensez que cela s’arrête là ? LiSA s’est carrément vu attribuer le titre de WOMEN OF THE YEAR 2020 par le magazine VOGUE JAPAN, un titre qui récompense les femmes ayant marqué le Japon en 2020. Elle a donc reçu ce prix aux côtés de six autres sélectionnées.

Vous l’avez sans doute compris, il s’est passé beaucoup de choses incroyables pour LiSA en 2020. Puis, elle réalise une chanson pour le Film Kimetsu no Yaiba: Mugen Ressha. Le succès est au rendez-vous, le film devient très vite l’un des films les plus vus au Japon et il est à ce jour, le film ayant fait le plus d’entrées au Japon. Face à un tel succès pour le film, la musique connaît elle le même sort. Et en décembre dernier elle remporte le grand prix lors de la 62 ème éditions des Japan Record Awards. Et lors de la 35 ème Japan Gold Disc Awards cette fois, elle n’a pas remporté un mais trois prix: cinquième musique en tête des téléchargements, cinquième musique en tête du streaming et le prix spécial des jurys.

Avec deux musiques pour Kimetsu No Yaiba, l’artiste est très rapidement devenue associé à Kimetsu no Yaiba, je pense que lors de la saison 2, on va très certainement entendre une de ces chansons. Elle a même participé deux années de suite, en 2019 et 2020 au Kôhaku Uta Gassen, une émission connue de tous les Japonais et qui est diffusée tous les ans à l’occasion du nouvel an, dans cette émission les artistes qui ont marqué l’année sont séparés en deux équipes, les rouges et les blancs et s’affrontent.

LiSA -Live is Small Always- Risa Oribe LiSA Olive | Lisa, Jpop, Oribe

Au début de l’année, LiSA a réalisé Dawn, le premier opening de Back Arrow, un animé toujours en cours. Elle n’arrête pas de multiplier les succès, rien que ce mois-ci, elle a été écoutée sur Spotify un total de pas moins de 5 000 000 fois. Si je vous écris cet article c’est parce que son nouveau Mini-Album Ladybug est sorti aujourd’hui, cet album marque les 10 ans de ses débuts en Solo.

LiSA est une chanteuse que j’apprécie tout particulièrement, comme je l’ai dit au début de cet article ce que j’aime chez elle, c’est avant tout sa grande bonne humeur, qu’elle s’efforce de transmettre à travers ses chansons. Ainsi pour clôturer cet article, je vous ai fait une petite sélection de trois musiques de pour vous faire une idée de la chanteuse.

Rising Hope, une musique avec pleins de montées de voix comme on les aime !
Unlasting, une musique qui reste dans la tête au point que n’importe qui trouverait cette musique incroyable.
Saikai, une chanson écrite par Ayase de YOASOBI et chantée en duo par Uru et LiSA, chanson interprétée sur la chaîne The First Take où les chanteurs et chanteuses, interprètent des morceaux en une seule prise.

Comment soutenir LiSA:

Site officiel : http://www.lxixsxa.com/
Instagram : https://www.instagram.com/xlisa_olivex/
Twitter: https://twitter.com/lisa_olive
Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCqEfdEvLG5oQWNYlDQrGlKw
Téléchargement et streaming : https://lisa.lnk.to/x1ki3

Pour acheter Ladybug sur Amazon c’est ici : Ladybug

Ryokuôshoku Shakai

Nous revoilà après un très long moment, il serait temps de reprendre petit à petit la rédaction d’article, notamment sur la musique. Pour la sortie de « SINGALONG », le nouvel album de Ryokuôshoku Shakai, j’ai décidé de vous proposer une traduction d’une interview réalisée chez Real Sound. À la fin de la traduction, vous retrouverez le lien vers l’interview originale, où vous pourrez voir une vidéo spéciale du groupe ainsi que beaucoup de clips du groupe.

Interview

Voilà deux ans depuis la sortie de l’album Ryokuôshoku Shakai. À l’intérieur de l’oeuvre nommée « SINGALONG » on retrouve des coopérations telles que  » Omoibito » (Le thème du film « Hatsukoi Loss Time »), « Sabotage » (Le thème du drama « G Senjô no anata to watashi » le drama du mardi de la chaîne TBS), « Shout Baby » ( L’ending de la saison 4 de l’anime « Boku no Hero Academia »), il y a aussi pleins de musiques qui reflètent la personnalité des quatres membres du groupe. Une musicalité qui a dépassé le genre musical, les musiques crées par les membres du groupe se propagent, ensuite les chansons riches en expression d’Haruko Nagaya ( chanteuse et guitariste), le charme de « Ryokushaka » c’est que sous divers angles on finit par pouvoir profiter des œuvres.

Interview de Haruko Nagaya, Issei Kobayashi (guitariste et choriste), Shingo Anami (bassiste et choriste) et de Peppe (claviériste et choriste) chez Real Sound. En faisant un crochet par leur album « SINGALONG », nous avons pu en savoir plus sur l’attitude de base du groupe, la mode actuelle …

— « Sabotage » la musique du drama « G Senjô no anata to watashi » , « Shout Baby » l’ending de l’anime My Hero Academia…Au sujet des musiques de coopérations qui continuent. Avez-vous l’impression d’atteindre une couche supérieure d’auditeurs ?

Haruko Nagaya: En effet. Lors des lives il y a plus de gens qui disent « C’est la première fois que je viens », j’ai des amis qui m’envoient « Je l’ai écouté ».

Issei Kobayashi : Mes amis m’ont dit « Je n’ai même plus besoin à chercher pour tomber dessus ». Après, des boutiques de CD dans ma ville natale ( Nagoya) nous ont beaucoup soutenus en nous aidant à nous développer.

Peppe: Même sur Instagram, il y a des commentaires venant de personnes de tout âge. Il y a de plus en plus de personnes dont « C’est la première fois », aussi de personne qui écoutent nos musiques avec leurs enfants.

Shingo Anami: Deux personnes à qui je n’ai jamais parlé au collège, m’ont contacté « En regardant l’anime j’ai été surpris de voir Ryokuôshoku Shakai en charge de la musique de thème ». Pour « Sabotage », j’ai aussi reçu un message venant de quelqu’un de mon ancien petit-boulot « C’était bien ». J’ai le sentiment que nos musiques, parviennent même aux fans de musiques.

Haruko: ça fait plaisir. C’est parce que j’ai pensé « Nous avons la forme d’un groupe, mais j’aimerais pénétrer les salons ». Petit à petit nous nous rapprochons de cette existence.

–Pour « Sabotage » et « Shout Baby », vous mettez en évidence la force de la chanteuse. Vous en aviez conscience ?

Haruko : Même au niveau du son dans « Sabotage » la force est le thème, lors que je chante aussi, j’ai une image puissante, un sentiment de distance comme si je chantais devant moi. Lors des enregistrements, peut-être, je chantais en étais toute rouge (rire). J’ai conscience de chanter « Shout Baby » de manière émotionnelle. L’orientation de la puissance est un peu différence.

— Je vois. Concernant l’album « SINGALONG ». Il y a bien sûr les musiques de coopération pour les drama, les animés, les films et aussi de nouvelles musiques, il y a de façon surprenante, une riche variété de musiques. Il y a des parties que vous avez changé lors de la composition de la musique et de l’enregistrement ?

Haruko: Nous créons ce que nous voulons faire, il y avait beaucoup de nouvelles choses à essayer. Par exemple, rajouter des décibels, commencer à créer avec un arrangement, un batteur. Tous les quatre, nous créons des musiques mais, chaque ambiance des musiques aussi ont changés. Dans ces moments ont changé : les musiques qu’on écoutait, nos états d’esprits, ce que l’on veut faire mais, les raisons pour lesquelles on chante, elles, ne changent pas. Plutôt que de changer la mélodie…nous avons l’impression de la répandre. Si on écoute la musique, on comprend de manière évidente « Ah cette personne fait maintenant ce mode de musique ».

Shingo: En effet (rire). Honnêtement, c’est difficile de rassembler toutes les musiques si tous les membres du groupe créent des musiques, même pour les membres du groupe ou encore même pour les membres de l’équipe. Cela donne naissance à quelque chose d’hasardeux.

Haruko: J’ai le même sentiment.

Shingo: Par exemple, si un musicien du studio de musique dit « Essayons de donner une impression de BEATLES » je pense, que ça devient tout de suite le cas. Mais, dans notre cas ce n’est pas ça, il y aussi beaucoup de changement en cours de production. Ce sont pas des termes musicaux que l’on ressent lors du partage de l’image de la musique, mais que des termes abstraits telles que « c’est mignon » ou « magnifique » « agressif ». Il y a peut-être plus de choses intéressantes possibles.

Haruko: Même si on essaye de faire quelque chose de « mignon » chacun à sa façon différente d’y parvenir, en mélangeant tout ça, ça se devient « mignon » tel que le conçoit Ryokuôshoku Shakai. J’aimerais juste élargir les possibilités, ce n’est pas le genre de groupe qui dit au début « Faisons ce style de musique » ou « Nous avons rassemblons les musiques que nous aimons « .

— Même la réalisation de l’album, êtes-vous parvenu à réaliser une nouvelle présentation?

Issei: Il y en a beaucoup. « N’est-ce pas une réincarnation en un tout nouveau groupe ? ». Peut-être que, selon les musiques on peut penser « On dirait un autre groupe », mais parce qu’il y a les chansons d’Haruko, peu importe ce que nous faisions, on doit parvenir à la reconnaître. Par exemple, « Ai no Katachi » n’est pas conforme à Ryokuôshoku Shakai (rire). Même si avant, je pensais que c’était bien si Haruko était au piano et au chant…

Haruko: Moi aussi, ça m’a plus, mais je pensais que « C’était un peu discret ». Issei depuis longtemps m’a encouragé « Faisons-le ».

Issei: Shingo fait les principaux arrangements, il a ajouté un air de Superorganism qu’on écoutait avant.

Shingo: Les musiques de maintenant de Superorganism sont remplies d’endroit intéressant. Après, je voulais mettre des éléments ressemblants à Chatmonchy. « Créer le Bus romance de cette nouvelle ère » était mon but caché. Tous les membres du groupe chantent cette musique. Et si on essayait notre propre version ?

–« Ai no Katachi » aussi au début tout le monde chante. Il y a une atmosphère similaire aux musiques pour enfants, mais dans les paroles, il y a un message puissant .

Haruko: En effet. Dans une musique facile à comprendre, on peut dire que c’est un peu tordu, j’ai mis ce que je voulais dire, le sentiment de malaise que j’aime. « Ai no Katachi » est ce genre de musique.

Peppe: Lors que nous trois les membres des chœurs (Peppe, Shingo, Issei), nous chantons avec un seul micro c’est amusant. La façon d’enregistrer change, selon les musiques. Jusqu’à là, il y a une très grande richesse, chaque musique ça rappelle pleine de scènes.

Haruko: Il y a plein de souvenirs. Il y a aussi eu la fois où Shingo a oublié sa basse. (rire)

Shingo: Il y a quelques musiques avec une basse synthétique.

Peppe: Personnellement, j’ai été impressionné par les oeuvres de Tomi Yo , de Hiroaki Yokoyama. Ils sont tous les deux aussi des claviéristes, ils utilisent beaucoup d’éléments. Créant le son, j’ai fait plein d’essais, dans « Mela! », j’ai fait des arrangement avec le Prophet-6 (Analogue polyséquentiel) que je voulais essayer. Cela me permet de me rafraîchir les idées et mes points de vues et de les ajouter. C’était intéressant à ce niveau là.

–« Mela! » est une musique qui est aussi dans l’album à un très fort impact. On a Haruko Nagaya et Issei Kobayashi aux paroles, Peppe et Shingo Anami à la composition et Hiroaki Yokoyama est coproducteur des arrangements.

Haruko: Cétait bien à l’origine une idée de Peppe, n’est-ce pas ?

Peppe: Oui. Une phrase m’est venu à l’esprit, je voulais en faire une musique, mais je n’arrivais pas beaucoup à l’étendre pour en faire une musique toute seule. Je me suis dit que si c’était Shingo, il y réussirait, donc j’ai demandé de l’aide.

Shingo: Lorsque je suis entré au Studio, j’étais seul avec Peppe, « Essayons une session de Jam. Il n’y aurait pas quelque chose que tu fais ? » et on a commencé la session. Au début, avec un style élégant comme pour le Jazz, la mélodie qui était la structure de la chanson était vraiment forte c’est pourquoi on s’est dit « mettons des chœurs ».

Haruko: J’ai écouté la mélodie après qu’elle soit prête, mais parce c’est une musique crée par les soins de tous les deux Peppe et de Shingo et que ça faisait longtemps que je voulais crée une musique tous, ensemble, j’ai proposé à Issei « écrivons les musiques ensembles ». Pour aussi « Ano koro mita Hikari » qui est dans l’album, Issei et moi avons écrit les paroles ensemble, mais à ce moment là, nous avions chacun écrit une musique et nous avons mélangé les bons points de chacune d’entre elles. Cette fois, ce n’était pas cela, Shingo a d’abord écrit l’intrigue, je l’ai transformé en parole, nous l’avons réalisé en discutant. C’était une nouvelle façon de faire, avec ça on fait beaucoup de choses mais je pensais qu’il y a encore d’autres façons de faire.

Issei : Oui. Et si on prenait les mesures de tout le monde afin de créer une musique?

Haruko: Combien d’années ça prendra avant qu’on finisse ? (rires)

–Je pense que les expériences électroniques de composition et des paroles réalisées par Issei Kobayashi dans « Inori » sont également une innovation.

Issei: Peut-être. L’intro se limite à la structure de la musique, mais je voulais créer une musique qui devient soudainement accrocheuses avec les chœurs. Les arrangements sont avec Tomiyô, tout en utilisant la démo, j’ai ajouté des éléments d’électro.

Shingo: Issei récemment,dans son top des abonnements, c’était comme s’il écoutait souvent de la Pop. J’ai l’impression que cela ressort.

Issei: En effet, il n’y a pas d’artiste en particulier, j’écoute les musiques par-ci, par là, il y a beaucoup de miniatures. (rires). Concernant les paroles, j’ai écrit en incluant ma propre expérience. Un jour, je conduisais à minuit, j’ai vu une scène de maltraitance d’un chien. J’étais choqué, en tant que leçon pour moi, je voulais écrire des paroles rendent hommage à ce chien.

Haruko: À la base je devais écrire les paroles, mais Issei m’a dit « Il y quelque chose que j’aimerais écrire ». Ce sentiment est précieux, après avoir entendu le contenue des paroles, je lui ai confié l’écriture. L’enregistrement du chant a été difficile. Mais, pour Ryokuôshoku Shakai c’est une nouvelle variété de musique, une bonne occasion d’ouvrir nos perspectives.

–Vous avez constamment cette attitude de ne pas réduire les possibilités.

Haruko: Nous ne voulons pas nous arrêter sur un  » Il n’y a aucune façon de faire ». En quelque sorte, je n’aime pas les défis. J’ai peur, car je ne suis ni à l’aise avec les nouvelles choses, ni avec les choses que je commence pour la première fois. Parce que tous les trois (Shingo, Issei et Peppe) ont une personnalité à faire face de nouvelles choses…

Issei: Par moment, je suis très persuasif (rire). En disant « ça va » lorsqu’on décide les musiques et les enregistrements des chansons. Il y a une différence entre l’image que conçoit Haruko de la chanson et ce qu’elle ressent quand elle s’écoute. Dans ses moments là, elle dit « C’est très bien ! ».

Haruko: S’il y a des moments où l’on me soutient, il y a aussi des fois où je me dis « Non, ça ne va pas du tout ». (rire)

Issei: Je respecte évidemment lorsque Haruko a un motif précis sur ce qui ne va pas.

Haruko: J’ai tendance à être anxieuse et du genre à ne pas avancer du coup, je pense que c’est bien qu’il y ait plusieurs types de personnalités. Mais, nous changeons tous petit à petit. Si l’on continue à faire les mêmes choses, on peut coller à son personnage, mais avec le fait de s’aventurer, apporte de nouvelles découvertes et crée de nouvelles variétés.

—D’après la parolière et compositrice Haruko Nagaya la musique « Ippo » a été aussi enregistré. La personnalité de Haruko qui n’arrive pas à faire de pas en avant ressort…

Haruko : C’est cela.

Peppe: Lorsque j’écoute « Ippo», je me dis « Ah, c’est Haruko Nagaya ! »

Issei: Oui. La mélodie et les paroles donnent l’impression d’apparaître de manière naturelle, « Ah, c’est la quintessence d’Haruko ». Les musiques composées et les paroles réalisées d’Haruko Nagaya sont le cœur de Ryokuôshoku Shakai. C’est parce qu’il y a tout ça que les autres membres peuvent s’amuser librement.

Shingo: Je l’ai réalisé récemment, mais dans les musiques de Haruko Nagaya, en faisant son introspection, il y a quelque chose où l’on cherche une signification et des réponses. Dans les paroles d’Issei il y a beaucoup de fois où on regarde ce qui est dehors et ce que l’on a remarqué devient le thème de la chanson. Les musiques d’Haruko sont l’inverse.

Haruko: Je le pense aussi. À la base, je suis passive, autonome et je m’emporte facilement « Ippo » aussi, mais beaucoup de musiques avec cette tendance qui deviennent de Ballades ou des musiques à fréquences Medium.

Shingo: Oui, j’aime Tarô Okamoto au point où je l’adore, mais il a dit  » Plutôt que l’individualité des choses, il y a l’universalité ». Le fait que les chansons des Haruko Nagaya attirent tout le monde c’est ce genre de choses.

— Le titre de l’album « SINGALONG » est inspiré de l’image de chanter avec l’audience, mais au sein du groupe quelle image en avez-vous?

Haruko: On a décidé du titre, une fois les musiques réunies, après avoir fini l’enregistrement. Quand on a résumé l’album on s’est demandé « Qu’est-ce que nous voulons transmettre avec cette œuvre ? », on en est arrivé à avoir comme réponse « En fin de compte ça reste, la chanson ». On a cherché les mots autour de la chanson, d’où ce titre. On a naturellement pensé à quelque chose qui fuse du fond du cœur comme chanter en même temps (SINGALONG dans l’interview en japonais) serait mieux que « Chanter tous ensemble en nous amusant ».

Issei : C’est comme « 20th Century boys » (rire). Le personnage principal chante seul « Gutalala Sudalala » avant d’être rejoint par tout le monde.

Shingo: Hahahaha (rire). C’est un argument persuasif, dans son cœur, on veut que tout le monde chante.

Haruko: C’est ça. Plutôt que de dire « Tous ensemble » on lie grâce au son, avec le cœur on a la sensation d’être connecté.

— La composition musicale, c’est communiquer en 1 contre 1. Parce que la Pop est à l’origine ce genre de musique. Le sentiment que la musique parvient à chacun n’est-il pas plus fort qu’avant ?

Haruko: Peut-être. Dans le groupe, plutôt de juste créer des musiques, nous nous concentrons sur la chanson.

Issei: Moi mis à part, c’est cela (rire). Parce que je ne suis pas encore parvenu à composer une musique qui laisse supposer Haruko au chant.

Haruko : Effectivement, c’est peut-être parce que le caractère d’Issei ressort dans ses musiques. Parce qu’avant il était du genre à vouloir chanter. Il chante sérieusement lors des démos.

Shingo: Et si tu essayais de créer une musique ?

Issei: … Haruko fait une tête de dégoût. (rire)

Haruko: Ce n’est pas vrai. (rire).

Peppe: (rire). J’ai toujours imaginé Haruko au chant. Au point où j’ai une très forte image qui se répand « À ce rassemblement, on va jouer et chanter comme ça ». Après, même pour les démos, je suis parvenue à chanter avec mes sentiments. Peut-être est-ce parce que lors des concerts… les occasions de faire les chœurs ont augmenté.

–Concernant la Musique qui est très consciente, vous avez réalisé un album qui inclue des musiques composées grâce à la fusion des impressions de tous les membres même sentiment actuelle « d’avoir réussi à établir la personnalité de Ryokuôshoku Shakai»

Haruko: Qu’est-ce qu’il peut bien en être? J’ai l’impression, que ce que l’on veut faire nous apparaît clairement, mais on dit « C’est ça  » ou ce n’est pas ça. Ce n’est pas de se restreindre, c’est mieux de dire  » C’est ça ».

Shingo: Parce qu’à chaque fois, on veut faire quelque chose d’amusant.

Issei: Oui. Je pense qu’il y a quelque chose que juste Ryoku Shakai peut faire, mais on est encore en train de le chercher.

Shingo: C’est aussi la formation des membres, nous prenons les éléments un par un, je pense « qu’il n’y aucun autre groupe du genre » mais il semblerait aussi qu’il n’y a aucune chanteuse comme Haruko.

— Pour Haruko Nagaya, quelle est l’image idéale d’un vocaliste?

Haruko: Oui. Il y a quelqu’un grâce à qui je chante, mais la personne que je veux devenir ne change pas. Plutôt que d’admirer quelqu’un , j’admire le fait de chanter. Je suis encore en train de chercher, mais je veux devenir une vocaliste admirée.

Traduit par Naust

Le lien vers l’interview en version originale: Real Sound

Comment soutenir Ryokuôshoku Shakai :

Site officiel : https://www.ryokushaka.com/
Instagram : https://www.instagram.com/ryokushaka_official/
Twitter: https://twitter.com/ryokushaka
Youtube: https://www.youtube.com/channel/UC_1GPhYlXI2ka2ji5gnqWFQ
Itunes: https://music.apple.com/jp/artist/緑黄色社会/747734869
Spotify: https://open.spotify.com/artist/4SJ7qRgJYNXB9Yttzs4aSa

Miyuna

Avec de plus en plus d’articles, nous sommes bel et bien lancés ! Après les mangas/Animés, les jeux-vidéos, c’est au tour de la musique d’avoir sa catégorie sur le site ! Pour l’occasion nous avons choisi de vous présenter Miyuna, une artiste dont le premier mini-album 眼(Gan) est sortie hier au Japon !


©2019 avex All rights reserved.

Miyuna les origines

Miyuna est née le 07/06/2002, elle est donc âgée de 16 ans. La jeune lycéenne vit dans la préfecture de Miyazaki à Kyûshû au Japon.

Tout démarre sur Eggs, une plateforme qui permet à des artistes talentueux de se lancer dans la musique. Miyuna poste une chanson où elle joue de la guitare en chantant comme démonstration, cette chanson est propulsée directement au rang numéro 1 sur le site.

L’anime Black Clover lui a permis, le 2 octobre, d’être vraiment mise en avant (à partir de l’épisode 52) dans lequel elle interprète à la fois avec l’opening Gamushara et l’ending Tenjou Tenge qui ont été diffusés durant le même arc.

À l’occasion Miyuna a prononcé ces mots

« Merci beaucoup de m’avoir laissée être responsable des musiques de thèmes- c’est une grande tâche. Les Protagonistes Asta et Yuno partent de leur petit village et partent pour travailler dur à la ville afin de réaliser leur rêve en devenant Roi Mage. Je suis partie de la préfecture de Miyazaki pour travailler dur et pour réaliser mon rêve et devenir une chanteuse. Tous les deux avancent vers leur rêve sans écraser par quoi que ce soit. Voir cela me donne des rêves géniaux et aussi de l’aspiration. Et chaque personnage dans Black Clover ont leur propre histoire profonde. Je me retrouve aussi dans leurs inquiétudes et leurs côtés sombres et les voir surmonter leur limite avec leurs camarades me donne du courage. J’ai offert ces chansons qui racontent ces histoires pour toucher le cœur des gens en donnant tout ce que j’ai ! »

Elle a été choisie pour interpréter la musique du film Natsuyozora qui devrait sortir vers mai 2019. Miyuna a aussi eu la chance de figurer parmi les artistes à découvrir en 2019 sur Youtube au Japon.

Actuellement en seconde, elle souhaite s’occuper de sa carrière, celle-ci devrait faire encore un  grand pas prochainement.

Je pense que comme YouTube l’a indiqué, c’est vraiment une artiste à suivre absolument. Une « inconnue » qui se retrouve d’un coup propulsée sur le devant de la scène et qui se retrouve a chanter un opening c’est quand même super ! J’ai découvert cette artiste sur YouTube en voulant écouter les openings de Black Clover. L’anime n’est suivi que par une petite partie de la communauté des fans de mangas et d’anime au profit du manga car Asta crie beaucoup trop. C’est pour cela que très peu de personnes parle de l’anime, j’ai été surpris de voir que l’ensemble des openings etaient géniales. Je me suis laissé seduire par l’opening Gamashura où Miyuna a des éclats de voix impressionnants le tout s’accordant parfaitement avec la sonorité de la musique et j’en suis devenu fan.

Je vous ai mis la vidéo directement ici pour que vous puissiez directement aller écouter .

 

Voici la seconde partie de cet article, une interview de Miyuna réalisé par Skream! en octobre de l’année dernière.

-Vous avez maintenant 16 ans, mais depuis quand vous intéressez vous au chant?
De naissance j’ai une voix rauque qui porte, en cours de musique à l’école primaire j’ai commencé l’entrainement des voix rauques sans chanter les chœurs comme tout le monde. Au collège, il y avait que des athlètes, mais je me suis brisée les os du rein, pendant que j’étais en rééducation j’ai passé une audition, j’ai eu l’occasion d’aller jusqu’à la compétition nationale. À la compétition nationale, je n’ai pas reçu de prix, mais une personne de l’équipe qui avait vu cette compétition m’a parlé, j’ai commencé authentiquement les leçons de chants.

Vous avez l’air d’écouter du rock, de la musique soul, de la pop… depuis votre plus tendre enfance, mais quel artiste écoutiez-vous ?

Quand j’étais petite, Whitney Houston, Michael Jackson, les musiques que mes parents passaient souvent dans la voiture, j’écoutais Misora Hibari que ma grand-mère aimait. Une fois à l’école primaire j’écoutais ONE OK ROCK, j’ai commencé authentiquement à m’intéresser au rock, au collège je mise à écouter Coldrain…. Encore j’ai cherché à écouter pleins de musiques sans distinction de genre Koji Tamaki, Sheena Ringo, Toshinobu Kubota, Petrolz, Yu Takahashi, les vocaloid…

Sur la plate-forme musicale « Eggs » après avoir publié « Fuwa Fuwa (Démo_20180804) », vous avez mis en ligne « Gamushara (Démo_20180916) », « Tenjou Tenge (Démo_20180923) ». ressentiez vous au fur et à mesure le retentissement du changement ?
D’abord, moi sans nom a sorti « Fuwa Fuwa », j’étais inquiète de savoir si tout le monde allait écouter, mais au début de la collaboration, j’ai été publiée dans le Top, j’étais vraiment contente que ça plaise à beaucoup de personnes. De nouveau « Gamushara », « Tenjou Tenge » ont pu obtenir la première place (des nouvelles publications du jour), je vous remercie, car ma motivation monte, j’ai la réelle impression que tout le monde m’apporte du soutien.

-Ensuite, vous avez décidé de la sortie en diffusion limitée le 2 octobre « Gamushara », le 21 novembre « Tenjou Tenge ». Honnêtement, quand vous avez décidé de la sortie à quoi pensiez vous?

Je veux qu’encore plus de personnes écoutent mes musiques, je suis impatiente d’être à ce jour!

-De plus « Gamushura » et « Tenjou Tenge » ont été désignés pour être l’opening 5 cool et l’ending. Pour des nouvelles sorties sont devenues des rôles confiés importants, mais lors de la décision ça vous allait?

Au début j’étais nerveuse et inquiète de devoir être après Koda Kumi (chanteuse de l’opening 4), mais je serais contente si vous aimez ma musique qui succèdera à celle de Koda Kumi parce que j’ai pu faire une bonne chanson.

-« Gamushura » est un titre en lien avec Asta le personnage principal de Black Clover, mais avez-vous pris conscience de ce qu’était un opening et vous l’avez réalisée ?

Le personnage principal Asta et moi avons des âges proches, plus qu’un opening, j’ai réalisée une musique d’encouragement pour Asta et moi, car nos situations se ressemblaient vraiment .

-Haneda Narita de PASSEPIED sera responsable de l’arrangement, mais donnez-nous vos impressions au moment où vous avez écoutée l’instrumentale.

J’ai tremblée ((((;゚Д゚)))) !

-Dans les paroles de « Tenjou Tenge » vous utilisez les mots de bouddha « Dans le ciel et sur terre, tout le monde est vaniteux  » et « s’il vous plait diffusez cela retweetant et en ajoutant en favoris » j’ai pensé que c’était un échange avec la génération actuelle intéressant. Comment Yusuke Saeki responsable de la composition, de l’arrangement musicale et des paroles a-t-il dirigé la production ?

Tous les jours, j’étais inquiète sans raison, je voulais créer une musique qui emporte les soucis… Quand j’ai parlé à monsieur Saeki de ce sentiment et est sortie le mot-clé  » Dans le ciel et sur terre, tout le monde est vaniteux ». Je connaissais vaguement le sens, mais après cela résonne en moi profondément. Merci, je pense que les gens de ma génération devraient connaitre le sens de ces mots, avec les outils comme Twitter… que j’utilise normalement peut-être cette expression sera transmise plus facilement. J’ai décidé tout en consultant Monsieur Saeki.

-Quel fut votre état d’esprit lorsque vous avez rédigé les paroles de cette musique?

Je n’ai pas eu d’état d’esprit particulier j’ai juste écrit « Gamushara ». (rires)

-Avec votre passage sur scène à  » a-nation 2018 supporté par dTV et la chaine dTV  » la représentation de Nagasaki (Le 4 août 2018 au parc Huis Ten Bauch d’un lieu installé spécialement nommé Rotterdam) et avec la sortie de votre coopération avec l’animé, je pense que c’était une année avec un flot de succès, mais qu’est-ce que vous voulez faire de cette année 2019 ?

En 2019 aussi j’aimerais chanter toujours mes chansons, je serais heureuse si j’arrive ne serait-ce qu’un peu à atteindre le cœur de tout le monde.

-Dans l’état actuel, le programme des concerts n’est pas présenté, mais à partir de maintenant la chance d’assister à un concert va-t-elle augmenter?


Vérifiez Twitter et sur Instagram parce que cela va augmenter je pense. Puis, venez écouter ! Je vous attends!

-Dites-nous s’il vous plait nous votre prochain objectif.

J’aimerais me produire sur scène de plusieurs festivals afin que « si l’on parle de festival, on parle aussi de Miyuna et si l’on parle de Miyuna, on parle de festival ».

Traduit par Naust

sources: Moshi Moshi Nippon, MiyunaMiyuna, Skream!

Comment soutenir Miyuna :

Site officiel : https://www.miyunamiyuna.com/
Instagram : https://www.instagram.com/miyuna_miyuna/
Twitter: https://twitter.com/miyunasinger
Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCLZ2RXLLVx0jAl0jxe7QzyQ
Itunes: https://itunes.apple.com/fr/artist/miyuna/1436176362